10.1.03

Redirected by ulimit

Bitorigolo n'écrit plus sur ce blog. Ne pleure pas Lecteur, tu savais que cela allait arriver. Mais sèche tes larmes petit d'homme car Bitorigolo a crée un nouveau blog enrichi en pro-vitamines rigolotes, en acide gras essentiels et en fautes d'orthographe.

Vous allez être automatiquement redirigé. Si rien ne se passe au bout de 15 minutes, cliquez sur ce lien : Meilleur blog du monde
.

18.12.02

Game over. Same player, shoot again.

Bon ben voilà. Mon stage se finit dans une heure. Un peu de nostalgie, mais pas trop quand même. Mr Z n’est même pas là pour me dire au revoir. Il est en Italie. No comment.

Ceci étant dit, ceci est donc mon dernier post en terre teutonne. Je sais, c’est triste, mais c’est comme ça. J’aurai pê le loisir de reposter un peu avant 2004, mais pas autant que jusqu’à maintenant, donc ça sert plus à rien de venir ici tous les jours. Une fois par semaine devrait faire l’affaire. . Je sais, c’est triste, mais c’est comme ça.

Viens maintenant la grande question, posée, et je l’en remercie, par ma fonctionnaire préférée, que ça me gave de faire un lien, mais tout le monde l'aura reconnue, c'est La Miss qui est linkée à gauche, donc c'est pas la peine de m'emmerder à refaire un lien : que va t-il advenir de Gottferdom ??

Pour ne rien te cacher et au risque de te décevoir profondément, je ne pense pas prolonger la vie de Gottferdom en 2004. Ceci est clarinette (hum... bon... oui) Je veux faire de cette expérience blogesque une expérience liée par essence à mon séjour en Allemagne et de Gottferdom un blog mythique adulé par des générations d’expatriés forcés. Voilà mon but. Plus sérieusement, Gottferdom ne puisait sa raison d’être et sa haute intensité cosmique et comique que dans ma présence en ces terres germaniques, fruit de situations aussi cocasses que burlesques. Cela n’aurait donc aucun sens de continuer en France, fruit d'aucune situation cocasse et encore moins burlesque....

Cependant, je crois que j’ai été atteint du virus de la blogozite aigue, et donc je ne crois pas pouvoir m’arrêter si facilement de poster en France (et je ne pense pas que ce soit mes brillantes études dans mon école de merde qui vont m’en empêcher) Ainsi, pour ton plus grand bonheur, je vais créer un nouveau blog. Et c’est là où j’ai eu une idée lumineuse, qui va révolutionner le petit monde tranquille de la blogoshpère et donner un peu de piment à ta vie terne, grâce à un procédé d’une intensité interactive encore jamais atteinte, ni même imaginée : je vais lancer "une chasse au bloggeur".

"Keskecé, une chasse au bloggeur ???" Je t’explique, le principe est rigoureusement enfantin : je crée mon blog sous une fausse identité, je lance la chasse au bloggeur sur Gottferdom et toi, cher lecteur-trice fidèle, tu dois me retrouver parmi la foultitude de nouveaux blog crées chaque jours. Le gagnant est le premier qui m’envoit un mail ou qui post un commentaire sur mon blog (si tant est que j’ai un système de commentaires, mais nous n'en sommes pas encore là...) Et il ou elle gagne un cadeau mystère (c cool les cadeaux mystères, ça n’engage à rien mais ça fait rêver : une Ferrari ?? Une croisiere autour du monde ?? une photo dédicacée de moi ??? Un cendrier en bouse de yack séchée) Je n’en dirai pas plus...Et si personne ne me trouve au bout de... disons, 3 semaines, j’ai gagné..euh...je sais pas quoi...on va dire... ton estime. C’est déjà pas mal.

Voilà voili voilou. Dis moi ce que tu en penses cher lecteur, car si tu trouves ça nul, ça m’évitera de me faire chier à faire des plans foireux pour ne pas me faire repérer. Car, en fin de compte, je ne fais ça que pour te divertir, lecteur. Je ne suis qu’un bouffon virtuel, qui n’existe que pour ton bon plaisir (ou presque)

Et pour conclure, je voudrais te remercier, chère lectrice et cher lecteur, d’avoir bien voulu accorder quelque attention à Gottferdom qui te souhaite une bonne journée, un joyeux Noel et une bonne année (je sais, il faut pas le dire avant, mais bon...)

Jeux gratuit sans obligation d'achat. Pas réservé seulement à la France métropolitaine, parce que suis gentil, moi, au moins
Laissez brûler les p'tits papiers...

Ce matin je me suis "abmelder". J'utilise ce mot non pas pour me la jouer Jean-Claude chez les Teutons, mais parce que je connais pas le verbe français. En gros, je suis allé à la Mairie, et je leur ai dit que je me cassais de leur ville et aussi de leur pays moisi. Et la gentille madame m'a demandé ma carte d'identité et... mon permis de séjour. Et c'est là où j'ai constaté que j'avais pas de permis de séjour. Bah ouais, c'est con quand même, non ?? J'aurai put me faire arrêter par les "Bullen" du coin et me faire virer d'Allemagne à grands coups de pied au cul ! Heureusement, je suis européen, blanc et riche de surcroît. Heureusement, je n'étais pas un turc, bronzé et pauvre...

17.12.02

Jusqu'au bout. Extrême !

Au début, je pensais qu’y avait que le Thalys qui reliait mon pays chéri à l’Allemagne. Et comme je vais voir ma tante à Francfort avant de rentrer enfin définitivement pour de bon en France, j’avais donc acheté un billet Francfort-Cologne puis un billet Cologne-Paris, parce que le Thalys passe seulement par Cologne. Seulement hier, j’ai vu sur Internet qu’il y avait un train direct Francfort-Paris, ce qui serait peut-être mieux comme ça, ça m’éviterai des changements inutiles et épuisants avec mes 17 valises (je suis d’ailleurs déjà obligé d’en envoyer une par UPS, parce que sinon, j’avais pas assez de bras). Je suis donc allé à la gare pour voir si je ne pouvais pas échanger les billets déjà achetés contre un nouveau tout beau tout chaud. C’était sans compter sur le guichetier au QI aussi haut que la pointure de ses chaussures : eh oui, je suis malheureusement retombé sur le neuneu qui m’avait donné le double de l’argent la dernière fois ! Et je me suis dit, dès le départ, que ça allait pas être gagné. J’avais malheureusement raison...

J’ai passé une demi-heure à essayer de lui faire comprendre ce que je voulais, mais dans sa petite tête, j’ai l’impression que les neurones faisaient grèves ou qu’ils étaient au bistrot du coin ou au putes ou faisaient je ne sais quoi d’autre encore, mais vraisemblablement, ils transmettaient pas l’info de façon optimale. Et le premier ou la première qui me dit que c’était peut-être à cause de mon allemand un tantinnet mauvais, il se prend une grosse claque virtuelle dans sa tronche car mon allemand est désormais très bon, voire excellent (enfin bon, n’exagérons rien tout de même) Nan nan, je pense que c’est cette couille de belette qui a un problème. La preuve, c’est que la meuf avant moi est en fin de compte allée à la machine pour acheter son billet.

Enfin bon, toujours est-il qu’au bout d’une demi-heure, il avait finalement réussi à trouver le train sur son p‘tit PC qu’il maitrisait toujours aussi bien que la dernière fois. Ragaillardi, je tente le tout pour le tout dans une folle tentative: je lui parle de la carte 12-25. Juste une petite question anodine, comme ça, en passant, pour savoir si, par hasard, la carte 12-25 me serait d’une quelconque utilité dans ce train qui fait quand même les 2/3 de son trajet en terre franchouillarde. Avec le recul, je crois que c’était une erreur. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder son cerveau gorgé d’eau. Il a fait semblant de piannoter deux trucs sur son PC et puis il me sort un magnifique :
- "Mais vous compter faire quoi de vos anciens billets ?"
Restons calmes. On inspire, on expire. On pense à la mer.
- "Bah les échanger pardi !!!" lui répond-je, en commençant doucement mais sûrement à perdre mon flegme pas britannique.
- "Ah mais ça va pas être possible ça monsieur."
- "Pas possible ???" m’exclame-je. "Alors comment ça se fait que la dernière fois, vous me l’avez échangé mon billet ??"
Un ange passe...
- "Euh...bah en fait, avant c’était possible, mais maintenant, ça l’est plus. Avec le nouveau système de tarification, beaucoup de choses ont changé vous savez."

Je me suis bien sûr retenu de dire "Pas ta connerie", parce que je suis poli et civilisé, mais je n’en pensais pas moins. J’avais le sentiment diffus qu’il se foutait un peu de ma gueule cet empaffé, mais comme y avait pas mal de monde derrière, je n’ai pas voulu trop insister, et je me suis cassé.

Ainsi donc, au bout de ¾ d’heure de parlementations aussi désagréables qu’inutiles, je suis repartit de la gare avec mes anciens billets, comme un con. Mai arrivé à la maison, j’ai bien regardé mes billets, et il est explicitement marqué qu’ils sont échangeables jusqu’à la veille du départ.
Saperlipopette !! Ce demeuré s’est effectivement bien payé ma tête. Eh bah il va voir ce qu’il va voir. Je retourne ce soir à la gare, j’y resterai 2h s’il le faut, mais j’échangerai mes billets. Coûte que coûte.

16.12.02

Saveurs du monde (2)

Samedi soir, c'était resto indien. On part à 18h30 pour y être à 19h (sic) Vu de l’extérieur, le resto ne paye pas de mine et ressemble à tous les restos du coin : qu’ils soient allemands, italiens, français, chinois, indiens, turques… en Allemagne, les restos sont tous pareils avec une belle pancarte blanche indiquant la bière sponsor et deux lampadaires tout kitch et tout moches qui encadrent l’entrée. L’intérieur cependant est décoré ds le meilleur goût du Pendjab et les serveurs et serveuses ont l’air d’être du pays. C'est bon signe…

Je commande de l’agneau tandoori masala et comme la description est en allemand, je ne sais pas trop dans quoi je m’aventure. Le serveur, gentil et attentionné, me fait remarquer, d'un air posé mais avec des gros yeux qui font peur, que j'ai prit un plat qui déchire bien la gueule, que je peux encore changer, il n’est pas trop tard et que si c'est trop fort pour le pauvre petit occidental que je suis, eh ben il m’aura prévenu et j’aurai pas à me plaindre ; tout ça bien sûr en allemand, qui plus est avec l’accent indien, donc autant dire que g pas tout comprit, ms je crois néanmoins avoir saisi l’essentiel (et pis les gros yeux étaient assez explicites). Ne me laissant pas déstabiliser pour si peu, je lui réponds, avec toute la fermeté et le flegme qui s’imposent, que c'est mon dernier choix Jean-Pierre.

En mon fort intérieur cependant, je ne suis pas si rassuré que ça et la perspective honteuse m’assaillit de ne pas pouvoir finir mon plat tellement ma langue aura gonflé à cause des épices. Heureusement ou malheureusement, le plat est juste épicé comme il faut. Je suis soulagé et déçu à la fois parce que je m’étais imaginé un truc de dingo, une sorte d’épreuve du feu envoyée par Vishnou pour tester ma résistance physique et mentale. Mais bon, c'était tout de même ouachement excellent d’autant plus que c'était accompagné d’une sorte de milk-shake à la mangue tout aussi délicieux. Bref, un régal !

Sinon, j'ai quand même réussi à trouver un reblochon dans ce pays sous-développé. Incroyable mais vrai ! Donc j'ai put faire ma tartiflette de feu de dieu qui a complètement estomaqué ma famille tellement c'était trop bon. Enfin en même temps, avec un reblochon à 100 balles le kilo, s'ils m'avaient dit que c'était dégueu, je me serai un peu fâché tout rouge !!
Chanson pour achats de Noel

Tuez tuez tuez les tous... (2x)
Tracer à travers foule
A grands coups de coupe-coupe
Leur éclater la gueule
A coups de riot gun
Tirer dans le tas
A coups de Bazooka
Leur exploser le lard
Sous les chenilles d'un chien
Eclatés jusqu'au coeur
A coups de marteaux-piqueurs
La cervelle en purée
Les membres écartelés
Tuez tuez tuez les tous...
A sauter à pieds joints
Sur les cadavres humains
Pour faire vider les vers
Pour faire craquer les os
Rester à piétiner
La chaire flasque arrachée
Pataugeant dans la gerbe
Des boyaux des vicères
En criant en hurlant
La gueule pissant le sang
Les mâchoires enfoncées
Et les yeux révulsés
Tirer sur ces pourris
Qui pensent comme des nazis
Qui bavent comme des débiles
Derrière des chefs de file
Toute cette foule ordurière
A genoux sous des banières
Rampant sous des drapeaux
Braillant comme des pourceaux
Ils ont voulu ma mort ah ah ah! (2x)
Tuez tuez tuez les tous...

Ludwig von 88 Tuez les tous

13.12.02

Saveurs du monde

Allez, je part bientôt, donc je profite une dernière fois des trucs chelous de l'Allemagne. Hier, j'ai essayé un truc pour le moins incongru : du vin chaud en bric Tetra Pack. J’en aurai jamais acheté, j'aurai même jamais pensé qu'un tel sacrilège ignominieux puisse être perpétrée par une main d'homme, mais en fait, c’était pas aussi immonde que ce à quoi je pouvais m’attendre. Il y manque cependant l’arrière-goût du feu de bois, de la neige qui fond sur la vitre, des courbatures et des coups de soleil sur le nez, des affaires humides qui sèchent au coin du feu et du rire de bons amis autour d'une bonne tartiflette. Pour être bref, il manque toutes ces choses qu’on a toujours pas réussies à mettre en bric. Et je serai tenté d’ajouter : heureusement…

En parlant de tartiflette, c'est une de mes spécialités culinaires (si si, en plus d'être beau, jeune, riche et intelligent, je fais aussi la cuisine. Quand je te dis que je suis un homme exceptionnel...) et je voulais donc faire goûter à ma famille d'accueil, en repas d'adieu, ce plat formidablement bon et sain. Mais impossible de trouver le moindre petit bout de ce merveilleux fromage dans mon p'tit bled pourri. Que des vieux fromages hollandais ou pire, allemands. "Mais qu'est ce que c'est qu'cette merrrrde !!!"
Que le temps passe vite...

Mon stage touche à sa fin. Encore trois jours de dur labeur et je suis libre. Mais comme mercredi prochain (mon dernier jour de STO), Mr Z est pas là, il a rempli ma feuille d’appréciation de stage ce matin. Et je dois dire que je le trouve tout de suite plus sympathique : en appréciation générale, il m’a mit un 16-17 le monsieur, ce que je trouve pas mal compte tenu du travail que j’ai fourni. Parce que quand on y regarde bien, j’ai quand même pas mal glandé pendant ces 5 mois. Attention, je dis pas que j’ai branlé le mammouth à longeur de journée, loin de là, mais disons qu’après une période d’intense activité fébrile, je m’accordais quelques jours de repos amplement mérités vu la qualité exceptionnelle de mon travail...Normal. Pour revenir à mon appréciation, j’ai même eu un 19-20 en "Atteinte des objectifs fixés en début de stage“ (waou !!) et aussi en "Disponibilité" (catégorie aussi appelé "Lèche-boulisme". Il faut croire que je suis très fort en cette matière !)

Et pis en Allemagne (je sais pas si c’est la même chose en France), à la fin du stage, le maître de stage écrit un petit résumé de tes activités et de la façon dont tu les as effectuées. Et bah on m'aurait demandé, j'aurai pas dit que j’avais abattue autant de travail. Fouyaya, ça prend au moins deux pages et c’est pas écrit comme pour les dossiers scolaires en Arial 14. Nan nan, c’est du Früchtiger 45 (je pense que mn boss est la seule personne au monde à utiliser cette police) et en 10 s’il vous plaît !! Comment chuis trop fort et trop efficace comme stagiaire !! Incroyable ! Et à la fin, en conseil qu’il pourrait me donner pour le futur, il a écrit, je cite (en traduisant, sinon tu vas rien comprendre) : "Bitorigolo (en vrai il a mis mon vrai nom, mais je vais pas te le dévoiler comme ça, seule une poignée de privilégiées le savent) a toutes les capacités et les qualités requises pour être un futur manager de talent. Il pourrait cependant améliorer ses résultats en faisant preuves d’un peu plus d’initiatives et d’ordre" Il m’a avoué que mon bureau semblait avoir été "dévasté par une explosion". Ha ha ha !! Laisse moi me marrer ! Sacré Mr Z, toujours aussi pince sans rire! D’ailleurs, je t’ai pas dit, mais il tape sur le clavier avec un seul doigt !! Oui oui, un seul. Comme les gamins qui apprennent vers 2-3 ans. Je ris, je ris !!

En tout cas, si je fais le bilan de ce stage, j’aurai en fait pas appris grand chose de super transcendant, si ce n’est que cracher un peu (pas trop non plus, faut pas être méchant, c pas bien !) sur son boss détend agréablement l’atmosphère avec ses collègues. A retenir...

12.12.02

Une fois n'est pas coutume...

Pas l'humeur à poster aujourd'hui, je vous prie de m'en excuser, je vous raconterai peut-être demain, car la nuit porte conseille.

11.12.02

Réunion au sommet

Hier, il y avait la deuxième "Betriebsversammlung" de l’année (j’ai raté celle de juillet, c’est trop ballot quand même) qui est une sorte de réunion où tous les employés sont invités pour discuter librement des problèmes de l’entreprise.

Je décide d’y aller pour 3 raisons :

- D’un point de vue managerial et culturel, je me dis que ça peut être intéressant et formateur (ha ha ha, ho ho ho, hi hi hi ! ! !)
- Janine et Sandra, mes copines du département compta, y vont aussi, donc y a moyen de bien se marrer (surtout que Sandra a la voix de Marge Simpson, ce que je trouve très rigolo).
- La réunion a lieu dans un bar.

Donc, à 17h, direction la brasserie du coin où je m’arrange pour être à coté de Sandra et Janine avec qui je discute 5 min avant que ne débute la réunion.

Et là, c'est le drame : je pensais qu’on allait parler 1/2h-1h à tout casser et qu’après, on allait pouvoir papoter et se bourrer la gueule au frais de la princesse. Eh ben pas du tout !! Je m’étais mis le bras ds l’œil jusqu’au coccyx, voire plus loin encore. Ils ont discuté de façon super sérieuse pdt des plombes sur les vacances, la thune, la gestion défaillante de l’entreprise, l'arrogance honteuse du grand patronnat … J’ai l’impression ajd qu’on n’est pas loin de la révolution prolétarienne pour reprendre le pouvoir des mains des bourgeois. En même temps, je dis ça, mais j’ai pas compris grand chose à ce qu’y c’est dit hier soir, vu qu’au bout d’une demi-heure, je me suis mis en mode "veille"…

Toujours est-il que je n’ai pas put discuter très lgtps avec Sandra et Janine, que je me suis presque pas marré et que je suis loin de m’être bourré la gueule : quand la serveuse est passée, personne n’avait encore commandé de bière, donc, pleutre et faible comme je suis, j’ai pris un coca, que, comble de la blague, j’ai payé avec mon petit argent durement gagné. Au bout de deux heures de profond ennui, j’ai enfin osé partir devant le regard désapprobateur de toute l’assemblée. Quelle bande de %&#* !! En plus, ça m’a fait rater Friends et les Simpsons !! Grrrr !

Heureusement que Mr Z était là pour me faire bien rire (à son insu bien sûr) : je sais pas pourquoi, mais avant la réunion, il est rentré chez lui pour se changer, et il est revenu avec une des chemises les plus laides qu’il m’ait été donné de voir de toute ma petite vie. J’ai failli exploser de rire en le voyant. Le pire, c’est qu’un moment il a quitté la salle (sûrement pour pisser) et il est revenu 5 minutes plus tard au milieu d’un grand silence (qqun venait de dire un truc qui a calmé tout le monde ou je sais pas quoi...) Cette entrée tout à fait muette m’a fait penser à une sorte d’entrée solennelle du roi du mauvais goût. Veuillez vous incliner devant sa majesté !
Il est vraiment innénarable ce Mr Z...